Traversées générationnelles…

 … La musique électronique dans le monde arabe (XXe-XXIe siècle)

Halim al-Dabh, musicien égyptien, collecteur et pionnier des musiques électroniques, s’est éteint en septembre 2017, à l’âge de 96 ans, dans sa maison du Kent, aux Etats-Unis. Abdullah Miniawy, musicien égyptien, compositeur, parolier et figure active de la scène musicale alternative cairote a 24 ans. Il met en musique ses revendications, faisant parti comme beaucoup d’autres de cette jeunesse engagée, productrice d’émotions politiques. Abdullah connaissait le travail de Halim. Il le considérait comme un avant-gardiste de la musique concrète, avant Shaeffer…

  

Lors du IIIe Congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans (3-4-5 juillet 2019), S. Gabry-Thienpont et N. Puig dirigeront un atelier qui aura pour objet de poser les bases d’une exploration des musiques électroniques au Proche-Orient (Liban, Syrie, Égypte). Il s’agira de décrire ces musiques, les conditions de leur émergence, leur structuration et les différentes voies technologiques comme esthétiques qu’elles empruntent. Ils chercheront à identifier des ponts générationnels et des généalogies musicales autant que des coupures sociales qui discriminent les formes « élitistes » des courants plus populaires.

Dans la continuité du panel Egyptian Pop Culture, organisé par S. Gabry-Thienpont, R. Jacquemond (IREMAM) et F. Lagrange lors du précédent congrès du GIS (2017), et dans le cadre du programme de recherche “Musiques à voir, musiques à entendre”, cet atelier défend une approche du monde arabe et de ses enjeux contemporains par les dynamiques culturelles telles qu’elles s’expriment dans les pratiques et créations musicales.

Introduction :

Séverine Gabry-Thienpont (CREM-LESC)

Intervenants : 

Youssef El Chazli (Centre Marc Bloch, Berlin)

Pierre France (Paris 1 – CRPS-CESSP)

Nicolas Puig (Urmis, IRD)

Résumés des interventions :

Nicolas Puig (Urmis, IRD)

Halim al-Dabh, une figure égyptienne du XXe siècle, entre ethnomusicologie, collectes et innovations musicales

Cette intervention cherchera à restituer la figure Halim al-Dabh, compositeur et ethnomusicologue égyptien, précurseur de la musique électronique qui fait aujourd’hui l’objet d’une redécouverte par la jeune génération de musiciens égyptiens électros. Dans les années 40 au Caire, ce musicien a utilisé des éléments issus des traditions égyptiennes de l’époque pour créer l’une des premières pièces de musiques électroniques au monde. L’intervenant reviendra également sur ses échanges avec ce musicien dans le cadre d’un projet de numérisation de ses archives sonores, projet interrompu à la suite du décès de Halim al-Dabh en septembre 2017, à l’âge de 96 ans.

Pierre France (Paris 1 – CRPS-CESSP)

Dans les sillons de la musique arabe. Ethnographier le « diggin’ »

Dans l’intérêt récent qui se manifeste pour les musiques arabes en Europe depuis la fin des années 2000, transparaît une nouvelle figure moderne de l’aventurier qui sillonne le Moyen-Orient par intérêt musical : le digger. Un personnage qui chasse les vieux vinyles, a accosté au Liban et en Egypte ces dernières années après une longue présence en Afrique, et que l’on est de plus en plus amené à rencontrer sur le terrain en tant que chercheur. A travers un terrain réalisé entre Beyrouth et Paris depuis 2012 cette communication se propose de replacer la pratique du « diggin’ » dans ses aspects les plus concrets, aussi bien matériels que symboliques, et de la ramener au niveau des interactions et à son caractère de marché : non seulement entre les diggers eux-mêmes, mais aussi entre les diggers et les vendeurs arabes. Loin de vouloir souscrire à l’image enchantée (portée par les diggers) d’un échange qui serait égalitaire et dénué de dominations (post-coloniales, sociales, économiques), parce qu’il concernerait quelque chose de léger, la musique pop, on aimerait au contraire souligner les malentendus et les frictions qu’il peut y avoir dans ce phénomène. Et partant de réfléchir aux conditions concrètes (et aux limites qu’elles impliquent) de la « redécouverte » d’une certaine pop arabe.

Youssef El Chazli (Centre Marc Bloch, Berlin)

Apprendre à être musicien.ne et trouver où s’équiper : une sociologie des mondes musicaux à Alexandrie

Cette communication se propose d’explorer l’infrastructure des mondes musicaux à Alexandrie dans les années 1990-2000. Devenir musicien.ne revient à trouver des lieux (ou des personnes) à travers lesquels le savoir musical est transmis, le matériel musical est acheté et où pouvoir socialiser et éventuellement performer. Grâce à une série d’entretiens, ce papier envisage d’étudier ces infrastructures, en revenant sur l’émergence de nouvelles pratiques musicales dans les années 2000 à l’aune du développement des pratiques DIY amenées par la diffusion d’Internet, mais aussi des réseaux d’apprentissage de la musique autour (puis s’éloignant) du conservatoire, ainsi que des points de vente de matériel musical, comme le légendaire magasin Fifo à Sporting.

Appel à contribution/Call for papers

Matérialisation, dématérialisation et circulations des musiques du Moyen-Orient, XIXe-XXIe siècles

***English follows***

Coordination : Séverine Gabry-Thienpont et Frédéric Lagrange

La revue à comité de lecture des Annales Islamologiques lance un appel à contribution pour son numéro 52, sur le thème “Matérialisation, dématérialisation et circulations des musiques du Moyen-Orient, XIXe-XXIe siècles”.

Les propositions d’articles, de 350 mots maximum, devront être envoyées en français ou en anglais avant le 28 février 2018 aux adresses suivantes :

sevgabry@gmail.com et fredlag@noos.fr.

Les articles sont ensuite attendus pour le 1er juillet 2018 et n’excèderont pas 55 000 signes.

Désormais centrale dans le paysage musical du monde arabe, la question de la patrimonialisation des musiques touche tous les répertoires et prend des formes très diverses. La question de leur matérialité se pose donc. Confrontée à l’évolution des moyens techniques et technologiques, des premiers cylindres phonographiques au format MP4, des instruments acoustiques à l’orgue électrique des années 1970 ou l’autotune des scènes électro contemporaines, les musiques du monde arabe ont pris dès le tournant du xxe siècle différents chemins en pleine concordance avec leur contexte technique et technologique. Aujourd’hui, certaines musiques se vivent pleinement lors de festivités publiques ou privées, festivals ou mahragān, manifestations religieuses, « traditions » réinventées ou repensées au gré des modes, ou compositions associées à des courants musicaux émergents et à des expériences sensorielles repoussant les effets esthétiques de la sonorisation. Parallèlement, des expressions musicales sombrent dans l’oubli : disques 78 tours mais aussi bandes magnétiques voire cassette désuètes jonchent les étagères poussiéreuses de studio tombés en déshérence. D’autres encore inondent la toile, ouvrant la voie à ce que Pierre France a récemment nommé dans un journal grand public une « patrimonialisation sauvage » des musiques. Mais en 2017, plus aucune d’entre elles n’est éphémère : absolument toutes sont enregistrées, filmées, postées en ligne. Les musiques se diffusent avec ou sans contrôle, avec ou sans profit, bien au-delà des frontières moyen-orientales.

Les musiques du monde arabe sont ainsi soumises tant à des processus de patrimonialisation qu’à des dynamiques politiques et économiques propres à la région renforçant leur dématérialisation. Ces processus en redessinent les contours, le langage et, plus largement, les formes d’expression et leur esthétisation.

L’objectif de ce numéro des Annales Islamologiques sera de mettre l’accent sur les compositions enregistrées, sur les créations musicales et sur la patrimonialisation des répertoires – à travers l’accès aux archives publiques ou privées – qui jalonnent l’histoire des musiques au Moyen-Orient tout au long du XXe siècle. Nous considérerons la manière dont la matérialisation et la subséquente dématérialisation des musiques, tant dans leur composition que dans leur patrimonialisation, impactent la circulation, l’écoute et l’esthétique des productions aussi bien anciennes que contemporaines. Le développement du numérique et les circulations qu’il engendre entraînent de nouvelles formes d’expression musicale : en considérer les ressorts permettra de rendre compte de la façon dont les différents supports de la musique ont, en partie, conduit à modeler cette histoire. La diversité des enregistrements de la deuxième moitié du xxe siècle jusqu’à nos jours, trop méconnue, sera également abordée.

Ce numéro recevra les contributions de musicologues, ethnomusicologues, anthropologues et historiens pour investir cette réflexion. Nous privilégierons les études de cas qui proposeront une double perspective : l’analyse des processus à l’œuvre autour de la création et de la patrimonialisation des musiques du monde arabe ; la documentation des diverses entreprises locales de compositions (techniques sonores, matérialité des musiques, sources d’inspiration) et de constitution d’archives musicales, tant privées et publiques, qui ont vu et voient encore le jour au Moyen Orient.

  *   *   *

Materialization, dematerialization and circulation of Middle Eastern music

19th-21st centuries

The peer-reviewed journal Annales Islamologiques opens a call for papers for its n°52 issue, on the theme “Materialization, dematerialization and circulation of Middle Eastern music, 19th-21th century”. 
Proposals for papers, of 350 words maximum, should be sent before 28 February 2018 to the following email addresses: 
The finished articles must then be submitted by 1 July 2018 and should not exceed 55,000 characters.

The elevation of different types of music to “heritage” status is now a central issue in the musical landscape of the Arab world. It concerns all repertoires and takes on many different forms, raising the question of music’s materiality. When faced with technological progress, from phonograph cylinders to MP4s, acoustic instruments to electric organ in the 1970s or Auto-Tune in contemporary electro scene, music produced in the Arab world has taken various paths in line with whatever medium the era had to offer. Today, particular types of music flourish within public and private celebrations, festivals and mahragan or religious events, while “traditions” are reinvented or recreated according to local dynamics. Emerging trends and sensory experiences stretch the aesthetic boundaries of sound systems. Certain musical repertoires might appear to be gradually disappearing, as old 78 rpm discs, magnetic tapes and old-fashioned cassettes litter the dusty shelves of abandoned studios, while other types of music flood the internet and open up paths towards what Pierre France recently dubbed “patrimonialisation sauvage”, the informal constitution of “bootleg” archives of all Arab music. No musical form today is left undocumented or doomed to oblivion: every single note is recorded, filmed and posted online, and music is distributed with or without control or financial profit way beyond the frontiers of the Middle East.

The music of the Arab world is subject to processes of “heritage” designation as much it is to the political and economic dynamics of the region that presently reinforce its dematerialization. All these factors are reshaping music’s contours, language and, more generally, forms of expression and aesthetics.

This issue of Annales Islamologiques will focus on recorded works, musical creations and “heritage construction”/patrimonialization processes of the different repertoires – in public and private archives – that have punctuated the history of music in the Middle East throughout the 20th century. Articles submitted should consider:  the way in which commodification and subsequent de-commodification of music have impacted production, circulation, consumption and aesthetics of former or contemporary musical works; how digitalization and the widespread circulation it allows for has opened the path for new musical expressions; the extent to which the media themselves have shaped the history of music; the diversity of recordings from the second half of the 20th century to present day.

This edition of the AnIsl welcomes contributions from musicologists, ethnomusicologists, anthropologists, historians, cultural studies specialists working on such topics. Preference is given to studies offering a double perspective, analyzing processes affecting creation and “heritage designation” of music in the Arab world, and mapping out local composition activities (sound technology, materiality of music, sources of inspiration) and musical archives constitution (private and public) in the Middle East.

Ce carnet présente le programme de recherche “Musiques à voir, musiques à entendre” (2017-2021), consacré aux musiques d’Égypte du XIXe siècle à nos jours.

Concert du groupe Rango lors du festival de musique “Wanas”, organisé par El Mastaba Center en novembre 2015 au Caire. © S. Gabry-Thienpont