Projet de recherche

English version

L’objectif de ce programme de recherche est d’approcher les musiques en Égypte en les considérant à la fois comme des productions esthétiques – requérant ou faisant appel à des savoir-faire techniques et technologiques spécifiques – et des objets de représentation – visuelle, intellectuelle et politique. La notion d’esthétique musicale renvoie à des enjeux historiques, culturels et sociaux. Ces enjeux sont d’abord évalués dans un axe portant sur les figures savantes et les politiques institutionnelles, qui ont durablement influencé la production, la création et la diffusion des musiques d’Égypte dès le XIXe siècle, notamment à travers leur patrimonialisation. Ils sont ensuite étudiés à travers la notion de circulation des musiques et des savoirs, notamment technologiques, témoignant d’échanges interculturels et d’appropriations de modèles exogènes.

Axe 1 : Figures savantes et politiques institutionnelles

Plusieurs « traditions » musicales égyptiennes ont été identifiées dans la deuxième moitié du XXe siècle, tant sur le plan stylistique que musicologique. Une périodisation des différents styles en vigueur a même été proposée, donnant lieu à des études portant plus généralement sur l’histoire de la « musique égyptienne » et sur les différentes réformes qui l’ont/l’auraient construites, du XIXe siècle à nos jours. Ces études mettent particulièrement en valeur l’hégémonie culturelle indiscutable qu’a exercé la musique égyptienne savante jusqu’à récemment dans le monde arabe. Mais au-delà des chanteurs, poètes, musiciens et compositeurs qui ont rendu possible la diffusion de ce modèle dès le XIXe siècle, ce sont les figures savantes et les politiques institutionnelles qui contribuèrent à la développer, en entérinant l’existence d’un langage musical censé permettre l’identification d’une égyptianité musicale essentialisée, et en la diffusant au-delà des frontières nationales. En effet, dès le XIXe siècle, des savants égyptiens comme étrangers pointent systématiquement du doigt soit la dégradation des musiques du pays, leur appauvrissement, et leur disparition imminente, soit leur « manque de scientificité » et le désordre de leur pratique. De tels discours ont d’ailleurs mené à la mise en œuvre, colossale, du Congrès de Musique Arabe du Caire de 1932. Ce congrès est à l’origine d’un malentendu entre les organisateurs, avec d’un côté une vision « folkloriste » qui cherchait à préserver des traditions musicales supposément pures de toute influence occidentale ou commerciale, et de l’autre une volonté de moderniser une musique désormais dite « arabe » en introduisant non seulement des éléments de l’instrumentarium occidental, mais aussi en utilisant les technologies modernes d’enregistrement, dualité qui perdure jusqu’à aujourd’hui. De nombreuses démarches aussi bien étatiques (CULTNAT, palais culturels) que privées (MakAn, El-Mastaba center) ont vu le jour, donnant naissance à des centres dont l’objectif affiché est de préserver les musiques égyptiennes de l’oubli ou de promouvoir une certaine idée de la musique nationale. Il s’agit là d’un phénomène non spécifiquement égyptien – en témoigne la fondation AMAR au Liban, d’ailleurs dotée de nombreux enregistrements égyptiens – mais qui montre une vigueur certaine, notamment dans la capitale.

Il s’agit pour nous, dans cet axe, de revenir sur l’action de ces différents acteurs, de comprendre pourquoi, comment et par qui ils existent, quel public ils visent et touchent. L’objectif est d’évaluer dans quelle mesure discours, archives et instituts influent sur les pratiques musicales d’aujourd’hui, et d’en analyser les multiples implications.

Axe 2 : Circulations, technologies et lieux de performance

Ce deuxième axe permet de mettre l’accent sur les compositions enregistrées et non-enregistrées qui jalonnent l’histoire des musiques en Égypte tout au long du XXe siècle et rendent caduque l’idée d’un langage musical uniformisé. Il s’intéresse tout d’abord aux différents supports de la musique et à la façon dont ceux-ci ont, en partie, conduit à la modeler. L’émergence de l’industrie du disque et son incidence sur les pratiques musicales a surtout été examinée à l’aune du support 78 tours de la première moitié du XXe siècle. Dans cet axe, nous abordons la diversité des enregistrements de la deuxième moitié du XXe siècle, de même que les nouveaux supports de la musique et sa dématérialisation quand elle est numérisée. Le développement du numérique a facilité la diffusion et la circulation de genres autres que le mainstream, entrainant de nouvelles formes d’expression musicale. Il permet en outre d’interroger les stratégies des artistes au regard des nouvelles formes de diffusions, tout en posant des questions centrales (légitimité culturelle associée aux différents supports, coffrets prestigieux versus mp3, aspects économiques, copyright).

Ces circulations nous amènent à renouveler la question du caractère considéré comme déviant de certaines pratiques musicales, mais aussi les différenciations et revendications par la musique en analysant les lignes sociales qu’elle dessine, potentiellement productrices de ségrégations culturelles, à moins qu’elle ne les confirme ou ne les renforce. Il s’agit alors d’observer les contextes et les espaces de la production musicale et les usages sociaux de la musique qui croisent des dynamiques culturelles et sociales plus larges. En couvrant un champ stylistique et esthétique volontairement vaste, un tel travail nous permet également de reconsidérer l’hégémonie de la musique « classique » égyptienne et des grandes figures qui l’ont construite. Enfin, une attention particulière est portée à l’évolution des techniques sonores – amplifications et autres effets électroacoustiques – et de leur appropriation. Parties prenantes dans l’esthétique des productions musicales, ces techniques confèrent une énergie constamment renouvelée tant au sein des compositions qu’auprès des publics visés, et posent la question du rapport au son dans sa globalité.

Ce programme nous permet ainsi d’interroger la nature des rapports entretenus entre les musiques en Égypte, leur espace et leur temporalité, du XIXe siècle à nos jours, dans ce qu’elles donnent à voir et à entendre. Dans quelle mesure l’étude des productions musicales et de leur esthétique renseigne-t-elle sur la complexité des influences multiples à l’œuvre dans la société égyptienne contemporaine, et quel apport peut-on en tirer pour l’histoire culturelle de l’Égypte ?